Carmen Winter | You call me a witch like it's a bad thing
avatar

Messages : 10
Pseudo : Orphiel
Avatar : DeWanda Wise
Âge : 34 ans
Profession : Tient le magasin Tabatinga
Monstruosité : Aucune


Carmen Winter
Beveiligen
Mer 17 Oct - 9:43


Carmen Winter






Date de naissance2 janvier 1984
RaceHumaine
Lieu de naissanceParamaribo
QuartierZuidoost
MétierPropriétaire du magasin Tabatinga qui vend des bougies, de l'encens et autres objets divers pour la pratique de la "sorcellerie" et ses variations.
Orientation sexuelleLesbienne
Signes d'identification
Couleur des yeuxNoisette/or
Taille1m70
Statut civilCélibataire






Chronologie






18ème siècle


Ils lui ont donné le nom de famille Winter, parce qu'il est arrivé en hiver. Il a fui. C'est tout ce qu'il pouvait faire, fuir, pour échapper au fouet et aux rages et à la haine. Il a rejoint les Alukus dans les profondeurs du Suriname, a adopté leur langue, leur culture. Il s'installe avec les siens à Cottica. C'est le début d'une nouvelle vie, si on ne le rattrape pas.


1940


Carmen Winter première du nom, grand-mère de la nôtre, est nommée Gran Man des Alukus. Elle en devient donc le chef spirituel, le juge, l'arbitre, le conciliateur. Dans cette société matriarcale, c'est la meilleure manière d’élever la famille Winter. Par de judicieux calculs et une féroce élégance sociale, elle parviendra a préserver son peuple de bien des maux lors de la Guerre, ainsi qu'à envoyer son fils Amadeus à Paramaribo pour étudier.


1975


Le Suriname devient indépendant des Pays-Bas. Intelligent, perspicace, et surtout armé de dents très longues, Amadeus Winter se fait banquier et développe sa fortune sur les nouvelles libertés offertes par le statut indépendant du Suriname. Il est le premier Winter à quitter Cottica depuis l’arrivée de son ancêtre.



1984


Carmen Winter naît a Paramaribo d'Amadeus et Henriette Winter. Sa mère vient d’Haïti. Carmen grandit entre deux mondes, deux univers : le monde occidental de son père, tout d’immeubles de bureau, d’emplois du temps surchargés, de coups de téléphone permanents ; et le monde ancien de sa grand-mère, de sa mère, attaché à ses traditions, à sa terre, à ses libertés. Elle absorbe tout.


1986


La révolte des Bushinenge conduit à une guerre civile. Amadeus Winter, déjà en mauvaise posture face au gouvernement de Bouterse, se voit obligé de prendre parti. Il choisit de défendre sa mère, son peuple, sa culture. Il disparaît fin décembre – et sa famille ne doute pas un instant de sa mort.


Janvier 1987


Henriette Winter s’installe avec sa fille à Amsterdam, où elle espère trouver la sécurité loin des tourments politiques qui ravagent Paramaribo. Elle et Carmen vivent dans un studio, partagent le même lit, et pleurent ensemble toutes les nuits. Même si la petite ne peut pas comprendre les subtilités d’une révolte, elle sait très bien que son papa a disparu, et qu’il n’y a plus qu’elle et sa mère désormais.



1988


Carmen commence l’école primaire, qui est ouverte aux enfants âgés de quatre ans et plus aux Pays-Bas. Elle rendrait son papa fier : elle apprend vite, fait bien ses devoirs, se tient bien sage. Au début, du moins. Parce qu’il n’est pas facile d’être Noire en Europe, pas facile de parler néerlandais avec un accent prononcé, pas facile d’être pauvre. Elle qui ne porte aucun habit de marque, elle dont la mère n’a ni voiture ni maison à elle et travaille comme femme de ménage, elle qui n’a jamais rien connu d’autre que les Pays-Bas se voit inondée d’insultes racistes, qualifiée d’étrangère qui ferait bien de retourner dans son pays, moquée pour sa chevelure. À l’école, on requiert de sa mère qu’elle lui lisse les cheveux, parce que sa crinière « dérange les autres élèves ». Henriette lui fait des tresses plutôt que de passer un peigne électrique dans les merveilleuses boucles de sa fille, en pleurant silencieusement son pays et sa famille.


1992


Carmen rentre en cinquième année avec du retard. Elle lit sans problème mais a des difficultés immenses avec les mathématiques même les plus simples. Ses enseignants disent qu’elle ne fera sans doute jamais d’études, surtout si elle n’améliore pas son comportement. En son for intérieur, elle se dit que de toute façon, Maman a pas d’argent pour lui payer des études, et que si améliorer son comportement veut dire se laisser faire, elle préfère rester mal éduquée.


1998


Péniblement, Carmen arrive à passer son évaluation de fin de primaire (CITO), avec énormément de retard. On la dirige vers des classes techniques, où elle fait une formation de restauration. Elle se prend de passion pour la cuisine et le service hôtelier et décide d’en faire son métier ; elle se découvre par ailleurs excellente élève quand le sujet l’intéresse et n’implique pas de manipuler des chiffres abstraits. Pendant ce temps, Henriette développe un cancer du sein, découvert très tard par son gynécologue. Les Winter manquent de moyens, mais la sécurité sociale néerlandaise leur permet de s’en sortir. Henriette est traitée par chimiothérapie.



2000


Les médecins considèrent que Henriette est en rémission. Elle a perdu ses cheveux ; Carmen s’est rasé le crâne en solidarité. Ce qui aurait pu être une tragédie a apporté un soulagement temporaire aux Winter : à l’hôpital, Henriette a rencontré Monique, une immigrante venue d’Haïti, avec qui elle s’est liée d’amitié. Monique et Henriette s’associent pour monter une société proposant des ménages et parviennent à améliorer un peu leur ordinaire, passent tout leur temps libre ensemble, parlent de leur temps à Haïti et du vaudoun qu’elles avaient coutume de pratiquer. Ensemble, elles reprennent leurs pratiques, et Carmen s’initie au candomblé dans la foulée.


2003


Carmen finit sa formation secondaire avec brio et obtient une bourse pour aller faire une licence d’hôtellerie à La Hague. Bien qu’elle hésite à laisser sa mère seule, celle-ci lui assure que la présence de Monique dans sa vie lui permet une grande stabilité et insiste pour que Carmen saisisse l’opportunité. Les larmes aux yeux et l’espoir au cœur, la jeune fille se dirige vers La Hague.



Tab 5



Tab 6



Tab 7



Tab 8



Tab 9



Tab 10










Derrière l'écran


PseudoOrphiphi
Âge25 ans
Comment as-tu découvert le forumAucune idée  
Ta fréquence de rpFréquente.  
Un commentaire ?Venez vous batter.


avatar

Messages : 10
Pseudo : Orphiel
Avatar : DeWanda Wise
Âge : 34 ans
Profession : Tient le magasin Tabatinga
Monstruosité : Aucune


Carmen Winter
Beveiligen
Mer 17 Oct - 9:43

plop
avatar

Messages : 10
Pseudo : Orphiel
Avatar : DeWanda Wise
Âge : 34 ans
Profession : Tient le magasin Tabatinga
Monstruosité : Aucune


Carmen Winter
Beveiligen
Mer 17 Oct - 9:43

ta maman en string a paillettes
avatar

Messages : 10
Pseudo : Orphiel
Avatar : DeWanda Wise
Âge : 34 ans
Profession : Tient le magasin Tabatinga
Monstruosité : Aucune


Carmen Winter
Beveiligen
Mer 17 Oct - 9:44

blabla
avatar

Messages : 10
Pseudo : Orphiel
Avatar : DeWanda Wise
Âge : 34 ans
Profession : Tient le magasin Tabatinga
Monstruosité : Aucune


Carmen Winter
Beveiligen
Mer 17 Oct - 9:44

Un tit divers pour les trucs qu'on vend au Tabatinga allez



Contenu sponsorisé

 
Carmen Winter | You call me a witch like it's a bad thing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Safe Haven :: Personnages :: Fiches-
Sauter vers: